Deprecated: Function create_function() is deprecated in /home/afrogygr/malinext.com/wp-content/plugins/advance-search-form/advance-search-form.php on line 128

Deprecated: Unparenthesized `a ? b : c ? d : e` is deprecated. Use either `(a ? b : c) ? d : e` or `a ? b : (c ? d : e)` in /home/afrogygr/malinext.com/wp-content/plugins/js_composer/include/classes/editors/class-vc-frontend-editor.php on line 673

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/afrogygr/malinext.com/wp-content/themes/Malinext/inc/megamenu/megamenu.php on line 721

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/afrogygr/malinext.com/wp-content/themes/Malinext/inc/megamenu/megamenu.php on line 725
Efficacité de l’hydroxychloroquine chez les patients atteints de COVID-19 : Résultats d’un essai clinique randomisé - Malinext

Efficacité de l’hydroxychloroquine chez les patients atteints de COVID-19 : Résultats d’un essai clinique randomisé

Efficacité de l’hydroxychloroquine chez les patients atteints de COVID-19 : Résultats d’un essai clinique randomisé

Étude chinoise mise en ligne en prépublication le 31 mars 2020

Résumé

Objectifs : Des études ont indiqué que la chloroquine (CQ) présente un antagonisme contre la COVID-19 in vitro. Cependant, les preuves concernant ses effets sur les patients sont limitées. Cette étude vise à évaluer l’efficacité de l’hydroxychloroquine (HCQ) dans le traitement des patients atteints de COVID-19. Principales méthodes : Du 4 février au 28 février 2020, 62 patients souffrant de COVID-19 ont été diagnostiqués et admis à l’hôpital Renmin de l’université de Wuhan.

Tous les participants ont été randomisés dans un essai à groupes parallèles, 31 patients ont été assignés pour recevoir un traitement supplémentaire de 5 jours de HCQ (400 mg/j), le temps de récupération clinique (TTCR), les caractéristiques cliniques et les résultats radiologiques ont été évalués au départ et 5 jours après le traitement pour évaluer l’effet de la HCQ. Principales conclusions : Pour les 62 patients COVID-19, 46,8% (29 sur 62) étaient des hommes et 53,2% (33 sur 62) des femmes, l’âge moyen étant de 44,7 (15,3) ans. Aucune différence dans la répartition par âge et par sexe entre le groupe témoin et le groupe HCQ. Mais pour le TTCR, le temps de récupération de la température corporelle et le temps de rémission de la toux ont été significativement réduits dans le groupe de traitement HCQ.

En outre, une plus grande proportion de patients présentant une pneumonie améliorée a été observée dans le groupe de traitement HCQ (80,6 %, 25 sur 32) par rapport au groupe de contrôle (54,8 %, 17 sur 32). En particulier, les 4 patients ont tous progressé vers une maladie grave qui s’est produite dans le groupe de contrôle. Cependant, 2 patients ont eu des effets indésirables légers dans le groupe de traitement HCQ. Importance : Chez les patients atteints de COVID-19, l’utilisation de la HCQ pourrait raccourcir considérablement la TTCR et favoriser l’absorption de la pneumonie.

Extraits de l’étude

Résultats

62 patients ont été identifiés comme ayant la COVID-19 et inscrits dans cette étude, aucun n’a abandonné (figure 1). Comme le montre le tableau 1, pour l’ensemble des patients, l’âge était de 44,7 (15,3) ans, 46,8% (29 sur 62) étaient des hommes et 53,2% (33 sur 62) des femmes. Les patients ont été répartis au hasard en deux groupes. Il n’y a pas eu de différence significative dans la répartition par âge et par sexe entre les deux groupes de patients, mais il y a des différences significatives dans le TTCR entre les deux groupes. En ce qui concerne la fièvre, 17 patients du groupe témoin et 22 patients du groupe de traitement HCQ ont eu de la fièvre au jour 0.

Par rapport au groupe de contrôle [3,2 (1,3) jours], le temps de récupération de la température corporelle a été significativement réduit dans le groupe de traitement HCQ [2,2 (0,4) jours]. En ce qui concerne la toux, 15 patients du groupe de contrôle et 22 patients du groupe de traitement de la QCG ont toussé au jour 0. Le temps de rémission de la toux a été significativement réduit dans le groupe de traitement de la QCG. Le temps de rémission de la toux a été significativement réduit dans le groupe de traitement de la QHC. Notamment, 4 des 62 patients ont progressé vers une maladie grave, qui est survenue dans le groupe de contrôle ne recevant pas de traitement de la QHC. En ce qui concerne les effets indésirables, il convient de noter que deux patients ont présenté des effets indésirables légers dans le groupe de traitement HCQ, un patient a développé une éruption cutanée et un patient a eu des maux de tête, aucun effet secondaire grave n’est apparu parmi eux.

Pour étudier plus en détail l’effet de la QHC sur la pneumonie, nous avons comparé et analysé le scanner thoracique des patients au jour 0 et au jour 6. Dans notre étude, la pneumonie s’est améliorée chez 67,7 % (42/62) des patients, avec 29,0 % d’absorption modérée et 38,7 % d’amélioration significative. Étonnamment, une proportion plus importante de patients présentant une pneumonie améliorée a été observée dans le groupe de traitement par HCQ (80,6 %, 25 sur 31) par rapport au groupe de contrôle (54,8 %, 17 sur 31). En outre, 61,3 % des patients du groupe de traitement HCQ présentaient une absorption significative de la pneumonie.

Discussion

La CQ et ses dérivés ont été largement utilisés comme immunomodulateurs dans le traitement du lupus érythémateux systémique (LED) et d’autres rhumatismes. À mesure que le mécanisme pharmacologique de la CQ est mieux compris, ses applications cliniques supplémentaires, en particulier son activité antivirale, sont également de plus en plus appréciées. L’efficacité de la CQ a été prouvée dans une variété de virus, y compris le coronavirus humain. Les chercheurs ont même fait état des avantages prophylactiques et thérapeutiques de la CQ pour l’infection par le CoV SRAS. Le syndrome respiratoire aigu sévère causé par le CoV-2 du SRAS chez plusieurs patients est assez similaire au CoV du SRAS en 2002 et menace actuellement sérieusement la santé mondiale en déclenchant la COVID-19. Cependant, aucun médicament spécifique n’est disponible pour la prévention ou le traitement de la COVID-19.

Récemment, Wang et al. ont identifié que la CQ pouvait inhiber efficacement la réplication et la propagation du CoV-2 du SRAS in vitro. Des experts et des guides pour COVID-19 en Chine ont également recommandé le phosphate de chloroquine comme traitement supérieur de l’infection par le CoV-2-SARS. Pour évaluer la sécurité et les effets de la CQ chez les patients atteints de COVID-19, nous avons enregistré cet essai dans le ChiCTR et choisi la HCQ (les sels de sulfate et de phosphate de la CQ) comme agent d’intervention. Les données de cette étude ont révélé qu’après 5 jours de traitement à la HCQ, les symptômes des patients atteints de COVID-19 étaient significativement soulagés, se manifestant par une réduction du temps de récupération pour la toux et la fièvre. En même temps, une plus grande proportion de patients souffrant d’une inflammation pulmonaire a été partiellement absorbée dans le groupe de traitement par la HCQ, ce qui indique la modulation immunitaire et les propriétés anti-inflammatoires de la HCQ dans les maladies non paludiques. Actuellement, les multiples actions de la HCQ telles que la régulation des cytokines pro-inflammatoires [par exemple le facteur de nécrose tumorale – α (TNF – α), l’interleukine-1 (IL-1), l’interleukine-1 (IL-6)], les activités antioxydantes, la favorisent également largement dans les maladies rhumatismales telles que le LED. Selon les recherches actuelles, une tempête de cytokines pro-inflammatoires plus élevée a été observée chez les patients COVID-19 souffrant d’une maladie grave ou critique, ce qui a fini par affecter le pronostic. Pour cela, un bloqueur d’anticorps IL-6, la transfusion de plasma de convalescence et d’autres thérapies ont été appliquées pour contrecarrer la tempête de cytokines. Par conséquent, avec des effets de régulation antivirale et auto-immune, la HCQ devrait être un protecteur dans l’infection par le SRASCoV-2.

Dans la présente étude, la réduction du risque de progression vers une maladie grave chez les patients traités par la HCQ explique également l’effet d’intervention de la HCQ sur le processus pathologique de la COVID-19.

Bien que la HCQ ait prouvé son efficacité, avec les avantages d’être peu coûteuse et facilement accessible, ses effets néfastes potentiels dans les maladies virales doivent également être pris au sérieux. La rétinopathie est l’un des principaux effets indésirables d’une thérapie à long terme par la HCQ. En outre, les patients atteints de maladies rhumatoïdes traités par la HCQ souffrent parfois d’arythmies. D’autres effets indésirables rares causés par la QHC comprennent des réactions gastro-intestinales, des crampes, un dysfonctionnement du foie, des démangeaisons, des maux de tête, des vertiges, des insomnies, une neuropathie périphérique. Heureusement, l’application à court terme de la QCS est relativement sûre, car elle permet de décider scientifiquement des plans de traitement individuels, de surveiller les réactions indésirables en temps utile, d’éviter les surdoses.

Conclusion

Malgré notre petit nombre de cas, le potentiel de la HCQ dans le traitement de la COVID-19 a été partiellement confirmé. Considérant qu’il n’y a pas de meilleure option à l’heure actuelle, l’application de la HCQ à COVID-19 dans le cadre d’une gestion raisonnable est une pratique prometteuse. Toutefois, des recherches cliniques et fondamentales à grande échelle sont encore nécessaires pour clarifier son mécanisme spécifique et pour optimiser en permanence le plan de traitement.

source (en anglais) : https://www.medrxiv.org

*

Étude dont les conclusions seront certainement mises en doute par le petit soldat de Big-Pharma-France Karine Lacombe (subventionnée, preuve à l’appui, par les labos pharmaceutiques) et qui trouvera forcément quelque chose qui ne va pas (après tout, ce ne sont que des chinois…)

Hier encore, alors que cette étude était déjà rendue publique, K. Lacombe sur LCI disait qu’il n’y avait aucune étude avec groupe témoin. Et personne ne l’a contredite. (Ben voyons…)

Mensonge ou incompétence ? Il est vrai que, pendant qu’on court sur les plateaux TV et qu’on assiste à des conférences de presse primo-ministérielles, on ne peut pas tout lire… Raoult, lui, dans sa vidéo (que commentait justement Mme Lacombe) y faisait référence. Car lui, il lit, il cherche, il soigne ; bref, il travaille.

NB – Il ne s’agit pas du double traitement du Pr Raoult, mais de l’hexachloroquine seule. Et ça marche quand même.

***

Les résultats de l’équipe Raoult à Marseille mis à jour : juste un coup d’œil (Raoult, c’est l’IHU) 1 décès sur 1524 patients traités.

(Visited 97 times, 1 visits today)
0 0 vote
Article Rating

Articles Simulaires

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
32 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez32

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/afrogygr/malinext.com/wp-includes/functions.php on line 4609

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/afrogygr/malinext.com/wp-content/plugins/really-simple-ssl/class-mixed-content-fixer.php on line 111