Alimentation : les rats, les os, la boue et les autres aliments que les gens affamés mangent pour survivre - Malinext

Alimentation : les rats, les os, la boue et les autres aliments que les gens affamés mangent pour survivre

À l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, nous nous entretenons avec des personnes qui ont connu le désespoir et leur demandons comment elles ont survécu.

Famine, pauvreté, guerre, maladie : de nombreux facteurs peuvent modifier radicalement notre alimentation.

Dans des circonstances extrêmes, les personnes désespérées peuvent être amenées à manger de la boue, des fruits de cactus, des fleurs, des rats, des os abandonnés ou des peaux d’animaux, pour rester en vie.

La famine, la malnutrition et la sous-alimentation sévères sont un défi quotidien dans de nombreuses régions du monde, et leur ampleur est véritablement gargantuesque : le Programme alimentaire mondial des Nations unies affirme que « pas moins de 828 millions de personnes se couchent chaque soir le ventre vide » et que « 345 millions sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë ».

« Les rats devenaient la nourriture dont nous avions tant besoin »

À l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, célébrée le 16 octobre, la BBC s’est entretenue avec quatre personnes de différentes régions du monde, qui ont connu la famine, et leur a demandé comment elles ont survécu.

« Je mange de la viande de rat depuis mon enfance et je n’ai jamais eu de problèmes de santé. Je nourris ma petite-fille de deux ans avec des rats. Nous y sommes habitués », explique Rani, originaire du sud de l’Inde

Cette femme de 49 ans vit près de Chennai et appartient à l’une des communautés les plus marginalisées du pays : elle a quitté l’école après la cinquième année.

Dans la structure sociale hiérarchique de l’Inde, fondée sur les castes, sa tribu a subi des années de discrimination. Rani travaille pour une ONG qui vient en aide aux membres de sa communauté, les Irula, qui sont contraints au travail forcé.

« Nous avons toujours vécu en dehors des villes et des villages. Nos parents et nos grands-parents nous ont raconté que, parfois, ils n’avaient rien à manger, pas même des tubercules. Dans ces moments difficiles, les rats devenaient la nourriture dont nous avions tant besoin. J’ai appris à les attraper dès mon plus jeune âge », a déclaré Rani à la BBC.

Lire aussi :

  • Comment les scientifiques prédisent la famine
  • Qu’est-ce que l’inflation ?

Les techniques de survie acquises par Rani lorsqu’elle était enfant aident maintenant sa propre famille à manger en cuisinant des rats au moins deux fois par semaine.

Les Irula mangent une espèce de rat que l’on trouve dans les rizières, pas ceux que l’on trouve généralement dans les maisons.

« Nous pelons la peau des rats et faisons griller la viande sur une flamme et la mangeons. Parfois, nous la coupons en petits morceaux et la cuisinons avec des lentilles et de la sauce tamarin », explique Rani.

Les grains cachés par les rats dans leurs terriers sont également ramassés par les Irula et consommés.

« Je ne peux pas me permettre de manger du poulet ou du poisson qu’une fois par mois. Les rats sont disponibles en abondance, et ils sont gratuits. J’ai bu de l’eau boueuse et j’ai vu des gens manger de la viande sur des carcasses », ajoute-t-elle.

L’ONU affirme que la Somalie est confrontée à une famine et que la pire sécheresse qu’ait connue le pays depuis quarante ans a déjà déplacé plus de 1 million de personnes.

Sharifo Hassan Ali, âgée 40 ans, mère de sept enfants, fait partie des personnes déplacées.

Elle a dû abandonner son village et parcourir plus de 200 km – la plupart du temps à pied – depuis la région de Lower Shabell jusqu’à un campement situé dans la banlieue de Mogadiscio, la capitale de la Somalie. Cela lui a pris cinq jours.

« Pendant le voyage, nous n’avons mangé qu’une fois par jour. Quand il n’y avait pas beaucoup de nourriture, nous ne nourrissions que les enfants », dit-elle.

Sur le chemin de la capitale, elle a assisté à des scènes choquantes.

  • Les lois américaines sur le terrorisme entravent-elles l’aide à la Somalie ?

« La rivière s’est complètement tarie. Il y a peu d’eau qui coule depuis des années, alors nous avons dû boire de l’eau boueuse », raconte Hassan Ali.

« J’ai vu des centaines d’animaux morts sur mon chemin vers Mogadiscio. Les gens mangent même les carcasses et les peaux d’animaux », témoigne-t-elle.

Hassan Ali possédait 25 vaches et 25 chèvres. Toutes ont péri dans la sécheresse.

« Il n’y a pas de pluie et rien ne pousse dans ma ferme », dit-elle.

Elle gagne désormais moins de deux dollars par jour en lavant les vêtements des autres, ce qui ne suffit pas pour payer la nourriture. « Je peux à peine acheter un kilo de riz et de légumes avec, et ce n’est jamais assez pour tout le monde. Cette sécheresse a été très dure pour nous. »

Hassan Ali bénéficie du soutien des organismes d’aide, mais elle dit que ce n’est pas suffisant.

« Nous n’avons rien. Ma famille dépend de la peau et des os mis au rebut », dit-elle.

Depuis deux ans, Lindinalva Maria da Silva Nascimento, une retraitée de 63 ans, originaire de Sao Paulo, se nourrit d’os et de peau jetés par les bouchers locaux.

TLa retraitée dispose d’un budget quotidien de seulement quatre dollars pour elle, son mari, son fils et deux petits-enfants. Elle ne peut pas se payer de la viande, alors elle se rend chez différents bouchers et achète des carcasses et des peaux de poulet à environ 0,70 dollar le kilo.

« Je fais cuire les os avec les morceaux de chair qui restent dans la peau. J’ajoute des haricots pour le goût. La peau du poulet, dit-elle, est frite dans une poêle sans huile et la graisse qui s’accumule est ensuite recueillie et stockée. » Lindinalva Maria da Silva Nascimento la conserve dans des pots vides de mayonnaise et de fromage blanc et y fait frire d’autres aliments par la suite.

« Je ne pense même pas à acheter des fruits, des légumes ou des aliments sucrés. Avant, j’avais un congélateur plein de viande et de légumes et le frigo contenait des choux, des tomates, des oignons, il y en avait beaucoup », se souvient-elle.

« Aujourd’hui, il est vide et la seule chose que j’ai est un oignon dans la coupe de fruits ».

(Visited 4 296 times, 2 visits today)

Articles Similaires

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *