A la découverte de la thérapie par le feu au Maroc - Malinext

A la découverte de la thérapie par le feu au Maroc

A la découverte de la thérapie par le feu au Maroc

La médecine a beaucoup évolué au fil des années. Mais malgré toutes ces avancées, nous nous retrouvons de temps en temps à puiser dans les anciennes pratiques pour trouver des remèdes et gérer la douleur. Au Maroc, la thérapie du feu est une pratique courante pour se sentir mieux. Notre reporter Lilaafa Amouzou a fait l’expérience.

Pour se sentir mieux dans sa peau, certaines personnes au Maroc utilisent le feu et la chaleur comme remède.

Elles pensent que cette ancienne pratique chinoise peut aider à soulager les douleurs articulaires et musculaires et à réduire le stress, entre autres maladies.

Lilaafa Amouzou s’est rendue dans la ville d’Agadir, dans le sud du pays, pour faire cette expérience.

Le royaume chérifien est un pays de soleil où les marchés, les plages, les épices et les nombreuses places publiques étalent leur charme.

Dès l’instant où vous y mettez les pieds, il est quasiment impossible de ne pas tomber amoureux des paysages à couper le souffle.

 La cuisine locale est bien sûr tout aussi délicieuse.

Une pratique non dangereuse

En voyage dans le pays depuis quelques semaines, Lilaafa Amouzou recherchait des activités relaxantes différentes, des hammams ou encore des massages, jusqu’à ce qu’on lui parle de la thérapie par le feu.

 Ce qui faisait peur au début, finit par susciter en elle une certaine curiosité. La journaliste veut découvrir par elle-même cette pratique millénaire.

 « Je sais que ça fait un peu peur, mais tout le monde ici m’a venté les vertus extrêmement relaxantes de cette méthode. Alors j’ai décidé d’aller vérifier par moi-même », dit-elle.

Après les salamecs d’usage, debout au seuil de la porte du cabinet de Hana En-Naciri, Lilaafa entre dans le vif du sujet.

« Alors, aujourd’hui on va faire la thérapie par le feu », dit-elle d’entrée de jeu. Seulement, un peu sceptique face à cette pratique inconnue, elle s’empresse de demander à la thérapeute si la cure était dangereuse.

« Non, non, n’ayez pas peur. Tout va bien se passer. Si Dieu le veut, vous allez apprécier. Ça vous fera du bien. Soyez la bienvenue », lui répond Hana En-Naciri pour la mettre en confiance.

La thérapie par le feu n’est pas une pratique très connue sur le continent africain, mais vous en avez peut-être entendu parler dans certaines zones d’Asie ou d’Europe du Sud.

A l’origine, ce traitement d’origine chinois permet de soigner les douleurs musculaires, l’arthrite, les problèmes de digestion ou encore la fatigue. Comme pour tout traitement, Lilaafa a dû passer une série de tests pour être sûr qu’elle est bien apte à suivre ce soin.

« En plus de votre taille et de votre poids, je dois vérifier sous vos pieds. Je dois vérifier votre santé pour voir si vous avez des problèmes cardiaques ou sanguins, nous devons d’abord nous en occuper avant de commencer la thérapie par le feu », explique Hana En-Naciri, spécialiste en médecine alternative.

Après les tests, un certificat de bonne santé est à Lilaafa par la thérapeute.

« Ce qui signifie que j’ai le feu vert ! On peut commencer ! N’oubliez pas que ce traitement doit être pratiqué par des professionnels hautement qualifiés, sous la stricte supervision d’une personne ayant une formation médicale », précise la journaliste dont le sourire cachait une nervosité certaine.

La thérapie par le feu

La thérapie par le feu est un procédé qui combine diverses techniques anciennes.

Le corps doit être bien préparé… Le thérapeute apprend beaucoup sur votre état santé grâce à un procédé comme la ventouse par exemple, qui permet notamment d’identifier la présence éventuelle de substances toxiques dans votre sang.

Et c’est parti ! Les ventouses aident à ouvrir les pores de la peau, à relâcher la tension dans les muscles et à faire circuler le sang.

« Pendant cette étape assez vigoureuse, mon esprit est ailleurs, je pense déjà à la suite », confesse Lilaafa Amouzou.

Après avoir vérifié le niveau de toxicité dans le corps de la journaliste en lui appliquant des ventouses allumées, place à l’étalage de serviettes blanches.

« On appelle aussi ce traitement la serviette de feu, donc la première chose c’est la serviette et puis nous utilisons des huiles. Ensuite, nous plaçons de nombreuses serviettes humides pour assurer la sécurité du client », explique la thérapeute Hana.

« Et une fois que le patient a reçu la bonne dose de chaleur, nous éteignons les flammes », poursuit-elle.

« Si la serviette en feu n’est pas réalisée de manière appropriée, et que toutes les procédures ne sont pas respectées, si ce n’est pas fait par des professionnels, cela peut brûler. Cela peut brûler quelqu’un très sévèrement », prévient-elle.

Au-delà des procédures à suivre, le patient doit également être correctement contrôlé.

« Tout d’abord, les personnes autorisées à faire la serviette de feu peuvent être des personnes n’ayant aucun problème de santé physique », dit-elle.

« Les patients peuvent également être traitées pour des contractions musculaires, la sclérose, des rhumatismes, des problèmes articulaires, un froid au niveau de la poitrine, une pneumonie, une hernie discale ou une sciatique, ou lorsqu’une veine est comprimée au niveau de la taille et provoque une douleur dans une jambe. »

Mais ce n’est pas qu’au Maroc qu’on retrouve cette thérapie en Afrique. L’Egypte, l’Algérie et la Tunisie l’expérimentent également

(Visited 25 times, 1 visits today)

Articles Similaires

l